Syndrome post-Covid Hôpital Foch

Syndrome post-Covid : un traitement sur mesure

27/06/2020 (MIS À JOUR À 07:37)Par Tara Schlegel

Reportage |Plusieurs semaines après leur guérison de la Covid-19, bien des patients se plaignent de symptômes persistants qui les obligent parfois à ne plus aller travailler. L’Hôpital Foch, à Suresnes, a créé une consultation « Réhab-Covid », qui propose un bilan personnalisé.

Une patiente mesure sa force de préhension grâce à un dynamomètre lors de cette consultation en banlieue parisienne.
Une patiente mesure sa force de préhension grâce à un dynamomètre lors de cette consultation en banlieue parisienne.• Crédits : Marine Volpi, ville de Suresnes

L’hôpital Foch de Suresnes a créé la première consultation post-Covid proposée en France. Baptisé « Réhab-Covid« , ce parcours de soin cherche à remettre sur pied les malades de la Covid-19 qui souffrent encore de symptômes très handicapants plusieurs semaines après leur guérison.  

Cette consultation a été imaginée par le docteur Nicolas Barizien, médecin du sport et médecin rééducateur. D’ordinaire, son service de réadaptation fonctionnelle accueille des patients atteints de cancers qui bénéficient d’une remise en forme avant leur traitement, ce qui leur permet de bien mieux récupérer ensuite. Depuis quelques semaines, l’équipe du Dr Barizien reçoit des malades qui ont développé une forme plutôt légère de la Covid-19 mais qui ont l’impression de ne pas en sortir. 

Des patients plutôt jeunes 

« Notre consultation s’intéresse aux patients plutôt jeunes, actifs, qui présentent une résurgence de leurs symptômes, à distance de leur épisode aigu de la Covid », explique le chef du service de l’unité de réadaptation fonctionnelle de l’hôpital Foch. Il sourit derrière sa visière transparente et s’excuse : il n’a pas encore eu le temps de déjeuner, les patients du matin même ont pris un peu de retard. Normalement, il faut une demi-journée pour boucler tous les diagnostics, mais parfois cela se prolonge un peu. Le Dr Barizien mangera donc sur le pouce, avec son équipe, avant de retourner à ses patients, non sans avoir détaillé très précisément les différentes étapes du parcours qu’il a imaginé pour ces malades. 

Des malades qui décrivent tous à peu près la même trajectoire. Un mois et demi à deux mois après la fin de leurs symptômes aigus – c’est-à-dire de la fièvre et souvent une gène respiratoire – ces patients développent de nouveaux symptômes « qui sont quasiment la même chose, sauf la fièvre, liste le docteur Barizien, ils souffrent d’essoufflement au moindre effort, d’une oppression thoracique – l’impression d’avoir une enclume sur la poitrine – de douleurs au niveau des côtes, du sternum, de douleurs à l’inspiration profonde, d’un mal de tête, parfois de migraines, de vertiges, et puis surtout de la fatigue, une grande lassitude »

Il est important de noter, souligne le Dr Barizien, que ces patients sont guéris de la Covid-19 et qu’ils sont adressés par des médecins généralistes en ville ou les spécialistes de l’hôpital Foch, qui ont déjà éliminé d’éventuelles complications liés à la maladie. En amont de leur visite, les patients doivent donc vérifier qu’ils n’ont pas de problème pulmonaire – leur scanner thoracique doit être normal. Qu’ils n’ont pas non plus de problème cardiaque – parfois leurs douleurs thoraciques peuvent faire penser à un infarctus ou a une embolie pulmonaire. Leurs analyses biologiques doivent être normales et leur électrocardiogramme également. 

Deux membres de l'équipe de Nicolas Barizien : Virginie Lecomte, la diététicienne (à gauche) et Joséphine Tschirhart, la psychologue (au centre)
Deux membres de l’équipe de Nicolas Barizien : Virginie Lecomte, la diététicienne (à gauche) et Joséphine Tschirhart, la psychologue (au centre) • Crédits : Marine Volpi/Ville de Suresnes

Quatre critères sont pris en considération 

Même si tous les examens sont normaux, « ces malades ont des symptômes, insiste le médecin du sport, ils ne vont toujours pas bien. On va donc évaluer la ‘fonction’ : ce qu’ils arrivent à faire et ce qu’ils n’arrivent pas à faire. «  Pour cela, l’équipe examine le malade en fonction de 4 critères principaux, détaille Nicolas Barizien  :

  • L’importance de la perte de poids en phase aiguë.
  • La gène respiratoire – l’équipe recherche en particulier un syndrome d’hyper ventilation, c’est une respiration superficielle qui n’est pas efficace et qui explique une partie des symptômes dont souffrent les malades. 
  • Un déconditionnement musculaire, « c’est-à-dire qu’on a perdu une partie de sa masse musculaire. On fait donc le même poids, mais on a un ‘plus petit moteur’ et on n’arrive plus à faire d’efforts », résume le Dr Barizien.  
  • Et, potentiellement, un syndrome anxieux. « Parce que quand on attrape une maladie dont on vous dit, tous les jours, pendant plusieurs semaines que cela tue, qu’il y a beaucoup de morts , qu’on passe en réanimation » constate le Dr Barizien, « qu’on est actif et qu’on vit avec des proches à la maison, c’est anxiogène. Et cela peut générer de l’anxiété, perceptible ou parfois non perceptible, mais pouvant aller jusqu’à un syndrome de stress post-traumatique – comme ce que l’on constate au moment d’attentats, de prises d’otages ou d’événements plus graves. »

Le médecin revient ici sur l’ensemble du processus, du choix des malades aux examens possibles et aux raisons pour lesquels il ne faut pas laisser les patients dans l’incertitude : ÉcouterRéécouter « Les patients se plaignent souvent d’une très grande fatique, une très grande lassitude. »5 MIN »Les patients se plaignent souvent d’une très grande fatique, une très grande lassitude. »

« Donc, nous dépistons cela, parce que ces quatre critères, on sait les soigner ! », se félicite le Dr Barizien, « l’idée est donc de faire le diagnostic d’un dysfonctionnement et de le prendre en charge. » Les malades vont rencontrer tour à tour les quatre membres de l’équipe « Réhab-Covid » pour passer différents tests. 

Le diagnostic avec une kinésithérapeute

Première étape, la kinésithérapeute reçoit les malades qui vont pratiquer plusieurs exercices bien précis afin de pouvoir mesurer leur endurance et leur force. Ce jour là, dans le service de réadaptation se sont présentées deux malades qui ont demandé à bénéficier du programme. Nous suivons Anne-Laure, âgée de 37 ans. Mince et très sportive, cette maman de trois enfants se sent particulièrement fatiguée depuis plusieurs semaines. Elle a attrapé la Covid-19 début avril et, bien que guérie, ne parvient toujours pas à reprendre son activité professionnelle. 

La patiente mesure sa force de préhension grâce à un dynamomètre.
La patiente mesure sa force de préhension grâce à un dynamomètre.• Crédits : Marine Volpi/Ville de Suresnes

Selma Doux est masseur-kinésithérapeute. Elle guide la patiente, Anne-Laure : ÉcouterRéécouter Selma Doux pourra proposer un programme de renforcement musculaire2 MINSelma Doux pourra proposer un programme de renforcement musculaire

Puis la patiente doit effectuer un test d’endurance pour mesurer à quelle vitesse elle est capable de marcher. D’habitude, Anne-Laure fait 40 minutes de vélo par jour, deux heures de tennis par semaine et du yoga. Mais ce jour là, elle a du mal à récupérer. Selma Doux l’encourage dans ses efforts :ÉcouterRéécouter Au bout de 6 minutes de marche, la patiente est anormalement essoufflée.1 MINAu bout de 6 minutes de marche, la patiente est anormalement essoufflée.

Nicolas Barizien résume ce premier diagnostic : « Les kinésithérapeutes évaluent la fonction de base qu’est la marche, grâce à un test de marche de 6 minutes. Ils évaluent aussi la force musculaire, au niveau de la préhension et de la force dans les jambes – c’est ce dont on a besoin pour attraper des choses et pour se lever. » Les kinésithérapeutes notent aussi la capacité des malades à suivre un programme d’auto-rééducation. « Parfois, on va proposer aux gens de faire leur rééducation seuls à la maison, ajoute le docteur, et on calibrera les exercices grâce à l’évaluation des kinés. »

Le regard de la diététicienne 

La diététicienne, Virginie Lecomte reçoit la patiente pour évaluer une éventuelle perte de poids.
La diététicienne, Virginie Lecomte reçoit la patiente pour évaluer une éventuelle perte de poids.• Crédits : Marine Volpi/Ville de Suresnes

Les patients rencontrent ensuite une diététicienne. Au cours d’un long entretien, Virginie Lecomte va évaluer avec le patient comment son poids a évolué au cours de la maladie et s’il s’est rétabli. L’enjeu est la reconstitution de la masse musculaire, essentielle à une bonne santé. « Perdre 10% de son poids total sur un mois amène une dénutrition sévère« , or cela arrive à certains patients Covid prévient Virginie Lecomte : ÉcouterRéécouter « Via l’alimentation on traite le stress, la fatigue, la qualité du sommeil »3 MIN »Via l’alimentation on traite le stress, la fatigue, la qualité du sommeil »

Comme le rappelle le Dr Barizien : 

Le statut nutritionnel est évalué, grâce à une enquête alimentaire sur quelques jours. La diététicienne mène parallèlement un entretien. Et on fait aussi passer le patient sur une balance impédancemètre, qui donne une idée de la répartition de sa masse corporelle : elle calcule combien de % d’os on possède, combien de % d’eau, de masse musculaire et de masse grasse. 

Troisième étape : l’entretien avec la psychologue

C’est au tour de la psychologue d’intervenir. Joséphine Tschirhart reçoit tous les patients pour un entretien individuel qui lui permet de détecter une éventuelle souffrance psychique. Cette jeune psychologue a parfois déjà rencontré les malades qui, pour la plupart d’entre eux, ont été soignés à l’Hôpital Foch pendant la phase aiguë de leur maladie. Au plus fort de la crise sanitaire, elle a aussi reçu les familles endeuillées et accompagné les personnels soignants très éprouvés par la pandémie. A présent qu’ils sont guéris, et même si l’histoire de chacun diffère, il y a souvent cette même impression de ne pas arriver à s’en remettre, raconte Joséphine Tschirhart :ÉcouterRéécouter « Les patients ne seraient pas forcément venus voir une psychologue par eux-mêmes. »2 MIN »Les patients ne seraient pas forcément venus voir une psychologue par eux-mêmes. »

Cette maladie est très anxiogène, insiste le Dr Barizien, car on a beaucoup dit aux patients qu’elle était grave et capable de tuer. Ils vivent aussi dans la peur de contaminer leurs proches. Certains souffrent donc d’un stress post-traumatique et seront orientés vers des thérapies adéquates.

L’évaluation du médecin rééducateur 

Enfin, les patients sont orientés vers le médecin rééducateur. Le Dr Barizien leur demande de procéder à deux derniers exercices. Monter sur la balance impédancemètre et faire un test d’effort en pédalant pendant environ quinze minutes. Il détaille les machines sophistiquées dont il dispose et guide la patiente, Anne-Laure : ÉcouterRéécouter « On peut se lever et se dire que ça va être une bonne journée, et deux heures après, c’est la catastrophe. »3 MIN »On peut se lever et se dire que ça va être une bonne journée, et deux heures après, c’est la catastrophe. »

L'ensemble du parcours de soin se déroule en une après-midi.
L’ensemble du parcours de soin se déroule en une après-midi. • Crédits : Marine Volpi/Ville de Suresnes

Au bout d’un parcours de trois heures environ, l’équipe élabore son diagnostic. « Soit on ne trouve rien, et c’est tant mieux, se félicite le Dr Barizien, cela veut juste dire que les malades auront besoin d’une convalescence un peu plus longue que ce que l’on connaît pour une maladie habituelle. » Soit son équipe identifie un critère à prendre en charge : « Par exemple, si le malade a perdu 10% de sa masse musculaire, il va falloir la reprendre en faisant de l’activité sportive et en ayant un régime alimentaire adapté pour refaire du muscle. Si, en revanche, il s’agit d’un stress anxieux, cela peut aussi être une prise en charge par une psychologue clinicienne. Elle aura des outils adéquats, soit de la thérapie cognitive et comportementale, soit de l’EMDR – si c’est un stress post-traumatique. » 

Les solutions proposées sont « sur mesure » et réorientent la plupart du temps les malades vers des praticiens extérieurs. Cela dit, ils restent suivis par l’Hôpital Foch. Pour les patients qui auront à faire, par exemple, des exercices de rééducation en autonomie ou à suivre un régime alimentaire spécifique sans l’aide d’un professionnel, un membre de l’équipe « Réhab-Covid » s’engage à les rappeler chaque semaine afin de vérifier leurs progrès. De toutes façons, les malades seront revus au bout de deux mois puis au bout de six mois

Eviter de tomber dans une maladie chronique

Laisser les malades seuls avec leur symptômes est une très mauvaise chose. D’abord, parce que l’incertitude est pire que tout. « Quand on ne sait pas de quoi on souffre, c’est source de grande anxiété » , note le chef du service de réadaptation fonctionnelle. 

Ensuite, parce qu’il faut à tout prix éviter que les dysfonctionnements ne s’installent durablement.  « Les symptômes appelés ‘subaigus’ – c’est-à-dire survenant dans les quelques mois qui suivent l’infection aiguë- sont plus faciles à soigner pendant cette période là, assure le Dr Barizien, qu’au bout de six mois. Après six mois, on parle de ‘chronicité’ et, malheureusement, on est moins bons pour soigner les maladies chroniques. »

Voilà pourquoi l’Hôpital Foch a mis à disposition des médecins généralistes une sorte de guide qui leur permet d’effectuer un premier diagnostic dans leur cabinet, quand ils reçoivent des patients guéris du nouveau coronavirus mais qui se plaignent de troubles. Sur le site internet de l’établissement, on trouve sous l’onglet « professionnels » une page destinée aux praticiens. Ils peuvent y télécharger deux questionnaires d’auto-évaluation à donner aux patients. Le Dr Barizien leur propose aussi de demander au malade d’effectuer un test physique rapide : il s’agit de calculer le nombre de fois où l’on est capable de s’asseoir puis de se lever d’une chaise, en trente secondes. Selon le score, les médecins généralistes verront si leur patient souffre de l’un des dysfonctionnements listés par l’équipe. Le cas échéant, si un malade répond à plus d’un critère, le médecin peut adresser son dossier à l’Hôpital Foch et l’équipe décidera de recevoir, ou non, ce nouveau malade. Pour l’instant, les consultations « Réhab-Covid » sont réservées aux patients déjà suivis par l’hôpital lui-même. 

Une maladie encore très méconnue

Nicolas Barizien avoue que c’est la première fois qu’il voit une infection évoluer de la sorte :

Habituellement, on a des symptômes qui persistent et qui mettent du temps avant de disparaître. On sait que pour une mauvaise grippe, on va tourner la page en un mois, un mois et demi. Tous les jours, semaine après semaine, cela va mieux. Là, on a vu des gens qui avaient l’impression de recommencer à vivre normalement et qui, ensuite, ont à nouveau des symptômes qui les handicapent. C’est la première fois qu’on voit ça.

Il y a encore bien des inconnues à lever, conclut le médecin du sport. On ne peut pas savoir si les symptômes à l’issue de la Covid-19 seront « des choses simples comme celles que nous évaluons en ce moment et que nous sommes capables de traiter. Ou si il va s’agir d’un vrai syndrome chronique Post-Covid. Ce virus nous fait beaucoup de farces et nous ne comprenons pas encore comment il fonctionne ni quels dégâts il a fait dans l’organisme. »

Alpes-Maritimes, le port du masque n’est plus obligatoire dans certaines zones à l’extérieur

Citant les études montrant que les contaminations en extérieur sont très rares, certains médecins et maires réclament la suppression de l’obligation du port du masque en extérieur, alors que la France entame la première phase du déconfinement. Les contaminations extérieures représenteraient entre 0,5 et 5% de l’ensemble des cas.

Retour page d’accueil

Vade-mecum aux élus pour la vaccination des âgés à domicile,

Vade-mecum aux élus pour la vaccination des âgés à domicile, proposition de 6 mois entre 2 injections de vaccins ARN messager ou nouvelle priorité en centre de vaccination pour les AESH… les dispositifs pour accélérer la campagne ne manquent pas.La campagne vaccinale contre le Covid-19 poursuit son déploiement. Les dispositions et propositions qui ont été prises ou annoncées ces dernières semaines s’articulent autour d’un objectif cible : garantir une immunité collective en accélérant la vaccination pour sortir au plus vite de la crise sanitaire. Pour ce faire, certaines priorités évoluent.

Dans ce contexte, la politique du « aller vers » les personnes les plus fragiles est renforcée. Si au début de la campagne le public cible se trouvait tout particulièrement en Ehpad et en unités de soins de longue durée (USLD), aujourd’hui les âgés à domicile ont toute l’attention de Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l’Autonomie. En déplacement dans le Pas-de-Calais, elle a souligné que « les personnes âgées de plus 75ans, en particulier celles isolées, notamment en milieu rural, prennent plus difficilement rendez-vous pour se faire vacciner et ne se déplacent pas facilement en centre-ville« , rapporte son ministère par communiqué. Une problématique qui rejoint celle de l’isolement de cette population. Les réponses apportées en termes de dispositifs « d’aller vers » ces âgés passent principalement par les équipes mobiles, les vaccinations à domicile, les dispositifs d’appel téléphonique ou d’aide à la prise de rendez-vous… La ministre en déplacement a aussi présenté un vade-mecum à destination des élus municipaux pour accélérer la vaccination des personnes âgées vivant à domicile (à télécharger ci-dessous) et leur apporter les grandes lignes de la campagne vaccinale à domicile. Il y est question du repérage, des dispositifs et d’exemples de messages à diffuser.

Retour page d’accueil

Vaccination Covid-19 : Mougins, mise en place d’un standard téléphonique

Avr 7, 2021 | À la uneMairie

Dès le 7 avril, pour répondre à la demande croissante de vaccination des Mouginois de plus de 50 ans, la Ville de Mougins, en partenariat avec le centre de vaccination Arnault Tzanck, met en place un standard téléphonique au 04 92 18 50 05.

  • Ce standard, piloté par des agents de la Ville, répondra directement à la demande croissante d’inscriptions.
  • Les Mouginois de plus de 50 ans désireux de se faire vacciner doivent composer le 04 92 18 50 05.
  • Ce standard est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h non-stop.
  • A l’issue de leur inscription, les intéressés seront rappelés dans les plus meilleurs délais pour une prise de rendez-vous.
  • Dates de vaccination selon le calendrier fixé par le gouvernement, à savoir :

A partir du 15 avril 2021 pour les personnes âgées de 60 à 69 ans (qui n’ont pas de pathologie particulière)A partir du 15 mai 2021 pour les personnes âgées de 50 à 59 ans

A noter : La plateforme d’enregistrement en ligne est toujours active (www.vaccination-tzanck-mougins.fr).

[POUR RAPPEL]

=>Un Centre de Vaccination ouvert dés le 19 Janvier

Dès le lancement de la campagne de vaccination, la commune de Mougins a souhaité la mise en place d’un centre de vaccination dédié sur son territoire afin de ne pas contraindre les Mouginois, et notamment les personnes les plus fragiles, à se déplacer sur une autre commune. C’est ainsi qu’elle s’est associée à l’Hôpital Privé Arnault Tzanck, structure médicale professionnelle bénéficiant des installations nécessaires permettant de garantir aux personnes vaccinées la sécurité et la qualité de leur prise en charge, de la CPTS Pays d’Azur et le cabinet médical 7/7. Le centre de vaccination a ouvert ses portes dès le 19 janvier pour les professionnels de santé puis pour les personnes de plus de 75 ans et/ou porteurs de comorbidités.


=>Une douzaine d’agents municipaux mobilisés

Dans le cadre du partenariat ville/hôpital, la commune a mobilisé ses agents municipaux pour aider l’équipe médicale de la CPTS, composée d’acteurs locaux de soins de notre territoire, à accueillir les personnes éligibles au vaccin. Ces agents assurent également depuis le 7 avril 2021 le standard téléphonique.

Retour page d’accueil

Covid-19: un certificat sanitaire disponible le 15 juin dans toute l’Union Européenne (Thierry Breton)

PARIS (TICsanté) – Un certificat sanitaire sera disponible dans toute l’Union Européenne (UE) à partir du 15 juin, a indiqué le 28 mars le commissaire européen chargé de l’industrie et pilote d’une « task force » sur la production de vaccins contre le Covid-19, Thierry Breton, lors du Grand jury RTL-Le Figaro-LCI.

Ce certificat « dira si vous avez été vacciné, le type de vaccin que vous avez eu, si vous avez été porteur de la maladie, et si vous avez des anticorps ou pas », et contiendra « le nom, la date de naissance, le numéro de passeport certifié à l’aide d’un QR code », a énuméré Thierry Breton.

Il permettra d’également d’indiquer le résultat de test RT-PCR « pour ceux qui n’auront pas eu le vaccin ni la maladie ».

Son utilisation sera facultative, a précisé le commissaire européen.

Ses applications précises seront fixées par les Etats membres, qui seront chargés de le mettre à la disposition des personnes qui en font la demande.

Il sera disponible sur smartphone ou sur papier.

« Il est très important qu’à partir du moment où nous pourrons être sûrs que chaque Européen qui souhaite se [faire] vacciner aura un accès équitable au vaccin, et ça va arriver dans les deux-trois mois qui viennent, qu’on puisse avoir un mécanisme qui démontre votre état », afin de « retrouver la capacité de vivre ensemble » et de « rouvrir », a argué Thierry Breton, rappelant qu’il est aussi chargé du tourisme.

« On peut le faire uniquement à partir du 15 juin parce qu’on pense qu’il y aura suffisamment de personnes qui auront eu accès » au vaccin.

Les compagnies aériennes pourront ainsi demander le certificat, mais son utilisation restera facultative. « Soit vous avez votre pass, soit on vous demandera de faire un test », a-t-il indiqué.

« Si on veut organiser une manifestation importante, et qu’on vous demande pour pouvoir pénétrer dans un lieu ou dans un autre, de bien vérifier quelle est votre situation [sanitaire]… Ça ne veut pas dire qu’on ne va pas accepter tout le monde, mais pour ceux qui ont déjà l’immunité il n’y a pas de risque, et pour ceux qui n’ont pas été ni vaccinés ni porteurs de la maladie, il y aura la possibilité d’avoir des tests antigènes rapides » sur place, a-t-il ajouté.

Il s’agit de tests salivaires, a-t-il précisé.

« Il n’y aura pas une solution, il y a une palette de solutions à laquelle nous travaillons », a indiqué Thierry Breton.
Interrogé sur d’éventuels risques pour la protection des données, il a indiqué que « les données seront uniquement à la main des Etats membres. Elles figurent sur le certificat et c’est tout ».

Il n’a pas précisé comment le certificat pourrait s’articuler avec les différents systèmes d’information de suivi de l’épidémie.

Le certificat « sera couvert » par le règlement général sur la protection des données (RGPD), a-t-il promis.

« Nous utilisons le terme certificat plutôt que passeport, car [dans le mot passeport] on a l’idée que c’est obligatoire, or le certificat est volontaire », a-t-il déclaré.

En France, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, et le premier ministre, Jean Castex, ont émis des doutes sur la pertinence d’un tel système, note-t-on.

Une consultation citoyenne menée par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) en février et mars a recueilli plus de deux tiers d’opinions « très défavorables » parmi plus de 110.000 réponses.Léo Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

Retour page d’accueil

ANSM: Effets secondaires des différents vaccins contre la Covid19

Effets secondaires: l’ANSM publie les dernières statistiques concernant les effets secondaires des différents vaccins contre la Covid19:

Par Caroline J. · Publié le 3 avril 2021 à 17h32 · Mis à jour le 3 avril 2021 à 17h32 “Alors que la campagne de vaccination doit s’intensifier encore en France ces prochaines semaines, l’ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament, a dévoilé les conclusions de sa dernière enquête sur les effets indésirables constatés suite à l’injection d’un vaccin contre le Covid-19.” Décryptage.

À ce jour, environ 9 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 ont été injectées en France. Sur ces 9 millions d’injections, 20 265 cas d’effets secondaires ont été recensés depuis le début de la vaccination, dont 24% de cas graves. C’est ce qu’a indiqué l’Agence nationale de sécurité du médicament ce 2 avril 2021 suite à la réalisation d’une nouvelle enquête menée autour des effets indésirables des vaccins contre le Covid-19. Alors, quels sont ces effets secondaires et quels vaccins en sont à l’origine ?

Selon le dernier rapport de pharmacovigilance sur les effets indésirables publié par l’ANSM, le vaccin Pfizer est responsable du plus grand nombre d’effets secondaires constatés chez des personnes vaccinées, avec 12.249 cas enregistrés pour plus de 7 millions de doses injectées, soit 0,6%. Chez le très controversé AstraZeneca, on en recense 7439 cas sur 1,9 million d’injections soit 0,38%. Enfin, 577 cas ont été identifiés avec le vaccin Moderna pour 600.000 injections soit 0,09%.

Toujours selon l’ANSM, 0,138% sont des formes graves pour Pfizer, 0,098% pour AstraZeneca, et 0,0153 pour Moderna. Dans son rapport, l’Agence nationale de sécurité du médicament détaille la liste des effets indésirables les plus récurrents, à savoir des syndromes pseudo-grippaux, et dans les cas les plus graves, des thromboses, un zona, une hypertension artérielle, des troubles du rythme cardiaque ainsi que des complications diabétiques.

L’ANSM indique aussi le nombre de décès survenus suite à une injection de l’un de ces vaccins : 34 décès avec le vaccin AstraZeneca, 354 avec le vaccin Pfizer et aucun avec Moderna. Mais « les données actuelles ne permettent pas de conclure [que ces décès] sont liés à la vaccination » tient à préciser l’ANSM.

Retour page d’accueil

Déclarations chef de l’état 31 Mars 2021 (Journal International de Médecine)

t 31 Mars 2021Publié le 31/03/2021

Français, encore un effort

Paris, le mercredi 31 mars – Le Président de la république s’est une nouvelle fois adressé à la nation de son bureau de l’Elysée pour annoncer une série de de « mesures de freinage » (le mot confinement n’est jamais prononcé) qui visent à « tenir » les quatre semaines à venir (et accessoirement à trouver un point d’équilibre entre « enfermistes » et « rassuristes »).

« La crise sanitaire que nous traversons dure maintenant depuis plus d’un an. Un an de peine, d’épreuves, un an d’efforts pour tous (…) si ce soir, je m’adresse à vous, c’est pour vous dire que nous allons tenir encore. Si nous savons dans les prochaines semaines nous organiser, alors nous verrons le bout du tunnel (…) Sécurité, équilibre, responsabilité : ce sont ces trois principes qui nous ont conduit fin janvier à préférer le renforcement de cette stratégie, le couvre-feu, sur le reconfinement général du pays » a ainsi débuté Emmanuel Macron.

Il a ensuite égrené les décisions prises, ce matin, en Conseil de défense.

Extension du freinage renforcé et écoles fermées

Première prescription présidentielle : « les mesures qui sont en vigueur dans 19 départements seront étendus à tout le territoire métropolitain dès ce samedi soir et pour quatre semaines ».  Elles consistent en la fermeture des commerces dits non essentiels et à l’interdiction de se déplacer à plus de 10 km de son domicile (en dehors de motifs légitimes justifiés par une attestation).

Néanmoins une tolérance s’appliquera pour le week-end de Pâques pour permettre aux Français qui le souhaitent de se confiner dans une autre région que celle de leur résidence principale.

Concernant les établissements scolaires, qui ont fait l’objet de toutes les spéculations ces derniers jours, le Chef de l’Etat a encore cherché une ligne médiane. A partir du lundi 5 avril « nous allons fermer durant trois semaines les crèches, les écoles, les collèges et les lycées (…) Les cours se feront à la maison, sauf pour les enfants de soignants et de quelques autres professions, de même que pour les enfants en situation de handicap, qui pourront être accueillis ».  Les étudiants, eux, pourront continuer à aller à l’université un jour par semaine. Au terme de ces trois semaines, les maternelles et primaires (et probablement également les crèches) reprendront en présentiel la semaine du 26 avril. En revanche les collèges et les lycées resteront en cours à distance pour une semaine supplémentaire.

Enfin, Emmanuel Macron, a fait un point sur le calendrier vaccinal sans y ajouter d’innovation notable : « à partir du 16 avril, des premiers rendez-vous seront accordés aux personnes entre 60 et 75 ans. À partir du 15 mai, les rendez-vous seront ouverts pour nos concitoyens entre 50 et 60 ans. À partir de la mi-juin, les rendez-vous seront ouverts pour tous les moins de 50 ans qui souhaitent se faire vacciner » a-t-il ainsi indiqué.

Le chef de l’État s’est enfin engagé à revenir prochainement vers les Français pour « préciser un agenda de réouverture »…sans aller jusqu’à promettre le retour des jours heureux.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

retour à la page d’accueil