Vaccination ouverte aux personnes âgées d’au moins 50 ans

Les autorités espèrent accélérer la vaccination dans les jours à venir et ont à nouveau tenté de rassurer concernant l’AstraZeneca.

Écrit par 6mediasPublié le 10/05/2021 à 6h23

Tous les Français âgés de 50 ans et plus peuvent se faire vacciner sans condition à compter de ce lundi 10 mai. L’ouverture à cette tranche d’âge s’est faite cinq jours plus tôt qu’initialement prévu. A partir de mercredi, les injections seront en outre accessibles aux plus de 18 ans lorsqu’un créneau sera disponible la veille pour le lendemain sur les plateformes de prises de rendez-vous comme Doctolib, afin de ne gâcher aucune dose.

Mais la campagne fait face à plusieurs écueils, notamment la défiance persistante à l’égard du vaccin AstraZeneca, dont seulement 75% des doses reçues ont été injectées selon des chiffres arrêtés dimanche dernier. Soucieux d’amplifier la cadence, le Premier ministre Jean Castex a rappelé samedi l’absence de « danger » lié au vaccin anglo-suédois pour les plus de 55 ans auxquels il est réservé. « Les autorités sont toutes unanimes, en France comme ailleurs », a-t-il souligné, appelant la population à se faire « vacciner avec tous les vaccins, en particulier avec l’AstraZeneca ». Au total, l’AstraZeneca a entraîné « 30 cas, dont 9 décès » de thromboses rares en France, sur plus de 3.855.000 doses administrées au 29 avril, selon l’Agence française du médicament (ANSM).

Retour page d’accueil

Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les plus de 18 ans sur les créneaux vacants

S’il devrait fluidifier le fonctionnement des centres de vaccination, ce changement, mis en place à partir du 12 mai, ne devrait pas bousculer fondamentalement le rythme de la campagne.

Par Alexandre LemariéLaurie Moniez(Lille, correspondante)Delphine Roucaute et Richard Schittly(Lyon, correspondant)Publié aujourd’hui à 05h22, mis à jour à 05h31 

Dans un centre de vaccination, à la Porte de Versailles, à Paris, le 6 mai 2021.
Dans un centre de vaccination, à la Porte de Versailles, à Paris, le 6 mai 2021. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR « LE MONDE »

« Continuer à marche forcée d’avancer », c’est avec ces termes qu’Emmanuel Macron a commenté sa stratégie vaccinale, jeudi 6 mai, en bousculant une nouvelle fois le calendrier d’élargissement de la cible vaccinale. Avec cinq jours d’avance, dès lundi, toutes les personnes de 50 à 59 ans auront, comme leurs aînées, accès aux vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna), alors que seules celles souffrant de comorbidités pouvaient en bénéficier jusque-là. Des rendez-vous seront disponibles dès vendredi sur la plate-forme Doctolib. Les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson sont, eux, toujours réservés aux plus de 55 ans en raison du moindre risque de thromboses de cette population après injection.

Les personnes de 16 et 17 ans souffrant d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 sont désormais autorisées à se faire vacciner avec le vaccin Pfizer-BioNTech, le seul à avoir l’autorisation pour cette tranche d’âge. Selon le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, 10 000 à 20 000 adolescents sont concernés.Le calendrier : Qui peut se faire vacciner et quand ?

Fluidifier le fonctionnement des centres

Enfin, à partir du mercredi 12 mai, les créneaux encore disponibles la veille du rendez-vous pourront être pris par tous les Français de plus de 18 ans, sans autre limite d’âge. « Chaque jour en fin d’après-midi, on va permettre aux gens d’aller chercher éventuellement des rendez-vous disponibles pour être sûr que tous les rendez-vous sont pris partout sur le territoire en France », a souligné le président de la République. En routine, ce sont actuellement plus de 20 000 rendez-vous qui sont ainsi pris sous vingt-quatre heures dans une cinquantaine de grands centres. De quoi fluidifier le fonctionnement des centres, donc, sans pour autant bousculer fondamentalement le rythme de la campagne.

Retour page d’accueil

La vaccination ouverte aux personnes souffrant d’obésité

Publié le 29/04/2021 22:03

Article rédigé par

D.Mascret – France 2France Télévisions20 HeuresÉdition du jeudi 29 avril 2021

La cible prioritaire à la vaccination contre le Covid-19 s’élargit : la vaccination va désormais être ouverte aux personnes souffrant d’obésité, et ce, dès l’âge de 18 ans. Cela concerne 2,3 millions de personnes en France.  

La vaccination contre le Covid-19 va désormais être ouverte aux personnes souffrant d’obésité. « C’est une bonne nouvelle parce que l’obésité est le deuxième facteur de risque de décès quand on s’infecte par le Covid, derrière évidemment l’âge« , explique Damien Mascret, médecin et journaliste France Télévision, sur le plateau du 20 Heures de France 2 jeudi 29 avril. En effet, l’obésité double le risque de mortalité en cas d’hospitalisation « dès lors qu’on entre dans l’obésité médicale, c’est à dire que l’on a un indice de masse corporelle supérieur à 30« . 

L’IMC dépend de la taille et du poids 

L’indice de masse corporelle dépend du poids, mais aussi de la taille. « Si vous faites 1 mètre 68, à partir de 84 kilos, vous entrez dans l’obésité. Si vous faites 1 mètres 88, c’est plutôt à partir de 106 kilos. On voit que c’est important« , précise le médecin et journaliste. Selon une étude anglaise, le risque minimal de décès survient avec un indice de masse corporelle de 23. Le risque augmente ensuite jusqu’à être sérieux à partir de 30.

Retour page d’accueil

Une dose de vaccin anti-Covid réduit de presque 50% la transmission au sein d’un ménage

 06h26, le 28 avril 2021

  • Une seule dose de vaccin Pfizer ou AstraZeneca permet de réduire la transmission du coronavirus jusqu’à près de moitié au sein d’un même foyer, où le risque de contagion est élevé, selon une étude de l’agence publique de santé anglaise. Et ce, quel que soit l’âge de la personne vaccinée ou des membres du foyer.

Une seule dose de vaccin Pfizer ou AstraZeneca permet de réduire la transmission du coronavirus jusqu’à près de moitié au sein d’un même foyer, où le risque de contagion est élevé, selon une étude de l’agence publique de santé anglaise (PHE). Les personnes infectées par le virus trois semaines après avoir reçu une dose de vaccin sont de 38% à 49% moins susceptibles que celles n’ayant pas été vaccinées de transmettre le virus aux membres de leur foyer, a souligné Public Health England dans un communiqué. Ce niveau de protection, observé autour du quatorzième jour suivant la vaccination, est similaire quel que soit l’âge de la personne vaccinée ou des membres du foyer.ACTUALITÉ DES MARQUES

« Une nouvelle fantastique »

« C’est une nouvelle fantastique. Nous savions déjà que les vaccins sauvaient des vie et cette étude, la plus complète menée en conditions réelles, montre aussi qu’ils réduisent la transmission de ce virus mortel », s’est réjoui le ministre britannique de la Santé Matt Hancock.

Cette étude a suivi 57.000 personnes appartenant à 24.000 ménages où une personne vaccinée a été testée positive, et les a comparées à près d’un million de contacts de personnes non vaccinées. Les ménages sont considérés comme des lieux « à haut risque » en termes de transmission, et « des résultats similaires pourraient être observés dans des endroits présentant des risques de transmission similaires, comme les logements partagés et les prisons », a souligné PHE.

Retour page d’accueil

Les limites de la vaccination des salariés prioritaires

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, et le secrétaire d’Etat à la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, ont fait le point ce lundi avec les partenaires sociaux sur la stratégie de vaccination.

Par Leïla de Comarmond Publié le 27 avr. 2021 à 6:30

Il est trop tôt pour disposer de données chiffrées sur le succès de la priorité donnée à quelque 400.000 salariés particulièrement exposés au Covid pour se faire vacciner : elle a démarré ce samedi. Mais le sujet devait être remis sur le métier ce lundi en fin de journée, lors d’une nouvelle réunion de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, et du secrétaire d’Etat à la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, avec les leaders patronaux et syndicaux. La vaccination des salariés était en effet l’un des deux points à l’ordre du jour de ce rendez-vous, le second étant l’adaptation à venir du protocole sanitaire en entreprise et en particulier son volet télétravail .

Si le syndicat des banques et du crédit de la CFE-CGC a écrit à Elisabeth Borne et à Bruno Le Maire pour demander l’extension de la priorité vaccinale aux salariés de ce secteur, les demandes n’affluent pas pour venir rejoindre la liste des professions prioritaires.

Seulement les plus de 55 ans

L’intérêt est limité pour deux raisons. La première est la valeur effective du coupe-file professionnel. En Ile-de-France par exemple, les centres de vaccination dédiés aux publics prioritaires sont rares à proposer de nouveaux rendez-vous. La seconde est la limitation de la vaccination aux plus de 55 ans, qui s’applique aussi aux métiers prioritaires.

Il s’agit d’un point fondamental de la stratégie de vaccination à laquelle tient le gouvernement, que la « Madame Vaccin » du ministère de la Santé, Laetitia Buffet, devait présenter aux partenaires sociaux lors de la réunion de ce lundi.

L’incertitude demeure sur la manière dont seront traitées les professions les plus exposées lors des prochaines étapes de la campagne, a priori le 15 mai pour les 50 à 54 ans et à partir du 15 juin en deçà. «Le calendrier et les critères d’ouverture de la vaccination à de nouvelles catégories de publics se fera sur décision des autorités sanitaires», explique-t-on dans l’entourage de Laurent Pietraszewski.

A l’occasion de la réunion de la semaine dernière, Elisabeth Borne a demandé au patronat de faciliter la vaccination de leurs salariés durant le temps de travail. L’un des moyens est de demander au médecin du travail qui suit l’entreprise de s’en occuper. Les derniers chiffres du secrétariat d’Etat à la Santé au travail font état de 409.023 injections réalisées par 1.670 médecins au 22 avril, contre 336.674 injections onze jours avant. Les injections réalisées au sein même des services de santé sont en nombre plus limité : 43.753 ont été dénombrées au 22 avril.

Marge de progression

Il y a une marge certaine de progression, que confirme l’enquête Acemo-Covid publiée par le ministère du Travail ce lundi. Selon celle-ci, « dans la moitié des cas, les entreprises ne se positionnent pas sur le sujet, soit parce qu’elles ne sont pas concernées (6 %, faute de service de santé apte, en leur sein, à pratiquer la vaccination ou en raison de l’absence de salariés prioritaires), soit parce qu’elles ne savent pas si leur service de santé pratique effectivement ces vaccinations (43 %) ».

Sur l’autre moitié des entreprises, près des trois quarts offrent à leurs salariés la possibilité de se faire vacciner via son service de santé au travail. Sept salariés sur dix travaillant dans une très petite entreprise (10 à 19 salariés) n’y ont pas accès, contre un sur trois au-delà de 500 salariés.

Retour page d’accueil

NOUVEAU : CRENEAUX DEDIES AUX PLUS DE 55 ANS POUR

  • Enseignants
  • Forces de l’ordre
  • Conducteurs de bus, de ferry et de navette fluviale
  • Conducteurs et livreurs sur courte distance
  • Conducteurs routiers
  • Chauffeurs de Taxi et VTC
  • Contrôleurs des transports publics
  • Agents de nettoyage
  • Agents de ramassage de déchets
  • Agents de centre de tri des déchets
  • Agents de gardiennage et de sécurité
  • Caissières
  • Employés de libre-service
  • Vendeurs de produits alimentaires dont bouchers, charcutiers, traiteurs, boulangers, pâtissiers (chefs d’entreprise inclus)
  • Professionnels des pompes funèbres
  • Salariés des abattoirs
  • Salariés des entreprises de transformation des viandes
Retour page d’accueil

Professionnels de santé éligibles à la vaccination contre la Covid-19 ?

Les professionnels du secteur de la santé et du secteur médico-social de plus de 18 ans appartenant aux catégories suivantes :

1. L’ensemble des professionnels de santé défini par le code de la santé publique cité ci-dessous : 

> Les professions médicales

  • médecin,
  • chirurgien-dentiste ou odontologiste,
  • sage-femme

> Les professions de la pharmacie et de la physique médicale

  • pharmacien,
  • préparateur en pharmacie et préparateur en pharmacie hospitalière,
  • physicien médical

> Les auxiliaires médicaux, aides-soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers

  • infirmier de soins généraux ou spécialisé, infirmier ou infirmière en pratique avancée,
  • masseur-kinésithérapeute,
  • pédicure-podologue,
  • ergothérapeute et de psychomotricien,
  • orthophoniste,
  • orthoptiste,
  • manipulateur d’électroradiologie médicale,
  • technicien de laboratoire médical,
  • audioprothésiste,
  • opticien-lunetier,
  • prothésiste et orthésiste pour l’appareillage des personnes handicapées,
  • diététicien,
  • aide-soignant,
  • auxiliaire de puériculture,
  • ambulancier,
  • assistant dentaire.

> Les conseillers en génétique ;

> Les biologistes médicaux

2. les autres professionnels des établissements de santé et des établissements et services médico-sociaux (les personnels employés par l’établissement et les personnels d’entreprises prestataires exerçant en continu au sein de l’établissement),

3. les professionnels des résidences services,

4. les professionnels des centres d’hébergement spécialisés pour les personnes atteintes de la Covid-19,

5. les professionnels de l’aide à domicile et les salariés du particulier employeur intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables (recevant l’APA ou la PCH),

6 . les prestataires de services et distributeurs de matériel intervenant au domicile des patients,

7. les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires,

8. les personnels composant les équipages des véhicules des entreprises de transport sanitaire,

9. les étudiants et élèves en santé au contact des patients,

10. les assistants de régulation médicale durant leurs stages en établissement ou en SMUR,

11. les professions à « usage de titre » reconnues par diverses lois non codifiées (ostéopathes, chiropracteurs, psychothérapeutes, psychologues),

12. les secrétaires médicaux en cabinet de ville et les assistants médicaux.

Retour page d’accueil

Nouvelle liste des professionnels de plus de 55 ans…

Vaccin: voici la liste des professionnels de plus de 55 ans qui bénéficieront de créneaux dédiés

Paul Louis Le 20/04/2021 à 20:14

Une vingtaine de professions et environ 400.000 travailleurs supplémentaires de plus de 55 ans sont concernés par cette nouvelle liste.

Après la concertation ce mardi avec les organisations syndicales et patronales, le ministère du Travail a publié dans la soirée une liste complémentaire des publics de plus de 55 ans qui pourront bénéficier d’un accès privilégié à la vaccination contre le Covid-19 grâce à des créneaux dédiés.

Aux enseignants, forces de l’ordre et assistantes maternelles s’ajoutent donc les travailleurs de deuxième ligne exerçant les professions suivantes:

  • Conducteurs de bus, de ferry et de navette fluviale
  • Conducteurs et livreurs sur courte distance
  • Conducteurs routiers
  • Chauffeurs de Taxi et VTC
  • Contrôleurs des transports publics
  • Agents de nettoyage
  • Agents de ramassage de déchets
  • Agents de centre de tri des déchets
  • Agents de gardiennage et de sécurité
  • Caissières
  • Employés de libre-service
  • Vendeurs de produits alimentaires dont bouchers, charcutiers, traiteurs, boulangers, pâtissiers (chefs d’entreprise inclus)
  • Professionnels des pompes funèbres
  • Salariés des abattoirs
  • Salariés des entreprises de transformation des viandes

Selon le ministère du Travail, « ce sont potentiellement 400.000 travailleurs de 55 ans et plus qui sont concernés ». Ces derniers pourront bénéficier des créneaux dédiés dans les centres de vaccination dès le week-end des 24 et 25 avril et « a minima pour les deux prochaines semaines » sur présentation d’un justificatif.

« En permettant aux travailleurs potentiellement les plus en contact avec le virus d’avoir un accès facilité aux vaccins, nous franchissons une étape importante dans notre stratégie de vaccination et adressons une nouvelle marque de reconnaissance aux travailleurs de la deuxième ligne, mobilisés depuis le début de la crise », a déclaré Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Le ministère ajoute enfin que « des travaux sont en cours » pour « examiner les modalités particulières de vaccination pour les personnels navigants techniques et commerciaux du secteur aérien et les marins, notamment ceux qui sont amenés à faire des escales internationales

Retour page d’accueil

Des « créneaux dédiés » dès ce week-end pour les enseignants et policiers de plus de 55 ans

Publié le 15/04/2021 16:24 Mis à jour le 15/04/2021 17:24

franceinfo avec AFP France Télévisions

C’est ce qu’a annoncé Jean Castex jeudi après-midi lors d’une visite dans un centre de vaccination à Saint-Rémy-les-Chevreuse (Yvelines).

Des « créneaux dédiés » seront ouverts dès ce week-end aux enseignants, policiers et gendarmes de plus de 55 ans, ainsi que plusieurs autres professions particulièrement exposées au Covid-19 qui souhaitent être vaccinés, a annoncé jeudi 15 avril Jean Castex. Le Premier ministre visitait un centre de vaccination avec Olivier Véran, le ministre de la Santé, à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines).

Ces créneaux seront disponibles en médecine de ville ou dans ces centres de vaccination, avec les produits d’AstraZeneca, de Pfizer ou de Moderna.

400 000 professionnels concernés

Dans le détail, cette mesure concernera les professeurs des écoles, collèges et lycées, les professionnels de la petite enfance, les policiers et gendarmes, les surveillants pénitentiaires, les agents spécialisés des écoles maternelles (Atsem) et les AESH (accompagnants d’enfants en situation de handicap), soit environ 400 000 personnes, a précisé le Premier ministre.

Jean Castex s’est félicité que le chiffre de 12 millions de Français ayant reçu une première dose de vaccin soit atteint ce jeudi soir. Et a rappelé l’arrivée dans les dans les prochaines semaines de sept millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer BioNTech.

Retour page d’accueil

Covid-19. Enseignants, gendarmes, plus de 55 ans… Voici les nouvelles dates du calendrier vaccinal

Professeurs dès la mi-avril

Certaines professions sont jugées prioritaires et peuvent être vaccinées, à l’instar du personnel médical, ou encore des pompiers. Les professeurs rejoindront ce club fermé à partir de la mi-avril, a annoncé mardi Emmanuel Macron.

« À partir de mi-fin avril, nous allons avoir de plus en plus de vaccins qui vont arriver, cela va nous permettre d’envisager d’avoir des campagnes ciblées sur des professions qui sont exposées, à qui on demande des efforts. Les enseignants en font légitimement partie », a déclaré le chef de l’État. Une annonce qui satisfait les syndicats d’enseignants .

Les gendarmes vaccinés en avril

Autres professions qui pourront normalement être vaccinées dès avril : les gendarmes et policiers. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé mercredi sur le plateau de BFMTV, que les forces de l’ordre pourraient, elles aussi, être vaccinées contre le Covid-19 dès le mois d’avril. Elles font partie des professions « particulièrement exposées »​, selon le ministre.

Quels objectifs ?

Emmanuel Macron a confirmé mardi « l’objectif d’avoir vacciné mi-avril 10 millions de personnes », ce qui « va permettre de protéger les plus fragiles, les plus âgées ou les personnes qui ont un diabète ou qui sont obèses »​, et ainsi « de réduire la pression sur le système hospitalier »​. Des « mégacentres » ​de vaccination devraient ouvrir leurs portes dès la fin du mois, pour accompagner cet effort, avec le soutien de l’armée.

Et à terme, le gouvernement compte une ouverture de la vaccination à tous pour l’été 2021.

Retour page d’accueil